• Th

Dans la vigne, un Regain d’insertion !

Dernière mise à jour : 18 déc. 2021

Pour faire face aux besoins ponctuels de main d’œuvre dans la vigne fondatrice, l’association Regain met à disposition de la SCIC La Vinadie du personnel en phase d’insertion sociale.



Les salariés de l'association Regain dans la vigne fondatrice de La Vinadie à Figeac (46100)

En attendant les premières vendanges, la vigne fondatrice de La Vinadie demande d’ores et déjà des besoins ponctuels de main d’œuvre : désherbage manuel, dépierrage, plantation des tuteurs, palissage, taille. Sans oublier l’arrosage des plants, un travail particulièrement chronophage cet été en raison des deux épisodes de canicule !


Afin d’épauler Christophe Fortin, salarié depuis le mois de mai par la SCIC La Vinadie (lire portrait par ailleurs), la coopérative a donc décidé de faire appel à l’association Regain. Basée à Figeac, cette association vise un double objectif : la création d’emplois pour des personnes éloignées du monde du travail et l’accompagnement de projets visant à améliorer la qualité de l’environnement.



« Jean-Pierre Espeysse nous a contactés pour voir de quelle manière nous pouvions répondre aux besoins de la SCIC », explique Sylvie Chevalier, directrice de l’association. « Il se trouve que nous pouvons apporter des solutions pour faire face à l’irrégularité des tâches : soit par la mise en place de chantiers d’insertion, soit par la mise à disposition de salariés autonomes ». C’est ainsi qu’en mai et juin, deux personnes mises à disposition par Regain ont fait connaissance avec le travail de la vigne. « C’est un travail parfois difficile, physique et répétitif, mais pour lesquels ces personnes se sont montrées volontaires et motivées », souligne Sylvie Chevalier. Canicule oblige, les horaires ont été adaptés afin de pouvoir débuter tôt le matin et éviter les heures chaudes de la journée.


Au mois d’août, c’est une équipe de quatre personnes et d’un encadrant qui ont arpenté les rangs de vigne, pour « piocher » entre les rangs et arroser. Couplée à celle des souscripteurs, cette aide a été bienvenue pour Christophe Fortin : « Il faut être présent auprès de ces personnes, ne pas hésiter à montrer plusieurs fois les bons gestes. Mais cet appui était indispensable pour assurer le travail d’entretien et de soin de la vigne sur une surface aussi importante », souligne ce dernier.



Sylvie Chevalier

Pour Sylvie Chevalier, l’appui de Regain auprès de la SCIC La Vinadie va au-delà d’une simple réponse ponctuelle. « Nous travaillons sur le long terme avec les publics que nous suivons », explique-t-elle. « Dès la phase de sélection, nous étudions chaque projet professionnel et nous essayons d’enclencher une vision à long terme pour faire monter ces personnes en compétence, les faire évoluer et lever les freins à l’emploi. La mise en place de nouvelles filières agricoles, notamment dans le domaine de la viticulture, ouvre bien évidemment des pistes pour le développement et la diversification des besoins en main d’œuvre sur le Grand Figeac ».

110 vues0 commentaire